Aides financières pour les exploitations agricoles en difficulté : une simplification

Fidu - - Aides financières pour les exploitations agricoles en difficulté : une simplification -

Les exploitations agricoles en difficulté sont éligibles à des aides financières spécifiques, dont le cadre juridique vient d’être modifié. L’objectif est de simplifier les démarches et les procédures pour les agriculteurs…


Exploitations agricoles en difficulté : financer un audit et sa relance…

Les exploitations agricoles du secteur de la production primaire, de type familial ou n’employant pas plus de 10 personnes, peuvent bénéficier de dispositifs d’aides spécifiques lorsqu’elles sont en difficulté.

Pour bénéficier de ces aides, il faut respecter au moins à l’un des critères suivants, au vu du dernier exercice comptable clos ou sur la base du dernier arrêté des comptes :

  • un taux d’endettement supérieur ou égal à 50 % ;
  • un excédent brut d’exploitation (EBE) rapporté au produit brut inférieur ou égal à 25 %.


Ces critères ne sont pas requis :

  • si des modalités de règlement amiable des dettes ont été mises en place ;
  • en cas de procédure collective.


Par ailleurs, l’exploitation doit avoir fait l’objet d’un audit préalable qui peut être lui-même financé par une aide spécifique de 1 500 €.

Enfin, l’aide à la restructuration de l’exploitation et l’aide au suivi technico-économique sont fusionnées en une seule « aide à la relance de l’exploitation agricole ».

Cette aide est plafonnée au regard de la situation de l’exploitation au jour du dépôt de la demande d’aide :

  • en fonction du nombre d’unités de travail non salariées de l’exploitation, dans la limite de deux unités ou, dans le cas d’un groupement agricole d’exploitation en commun, du nombre d’associés ;
  • et, pour les exploitations qui emploient de la main d’œuvre salariée, en fonction du nombre de salariés permanents ou saisonniers en équivalent temps plein, dans la limite de 10 salariés.


Notez que le montant versé par l’Etat est plafonné à 10 800 € pour la première unité de travail non salariée et à 10 000 € par unité de travail non salariée supplémentaire. De même, le montant complémentaire versé par les autres financeurs publics est plafonné à 10 700 € pour la première unité de travail non salariée et à 10 000 € par unité de travail non salariée supplémentaire. Enfin, le plafond d’aide par salarié est fixé à 2 000 €.

Vous pouvez consulter ici l’ensemble des conditions requises pour bénéficier de l’aide à la relance.

Vous souhaitez vous faire accompagner par un Expert du groupe Fidu ?

Programmez votre appel avec le service Relation Clients du groupe et nous reviendrons vers-vous dans les plus brefs délais pour analyser ensemble votre situation actuelle, définir vos objectifs et établir ensemble les solutions les plus adéquates pour les atteindre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faites passer votre entreprise au niveau supérieur

Demandez à être rappelé(e) par l'un de nos conseillers dès maintenant